C'est lors d'un voyage en Asie que j'ai eu un premier soubresaut d'éveil. Nous dînions en groupe et nous parlions du magnétisme, quand l'un des convives me suggéra de lire les livres de Patrick Drouot. Quand j'ai découvert ce que cet homme, un scientifique de formation était capable de faire, c'était comme si ma mémoire se réveillait. Je savais que tout ce qu'il expliquait était pour moi parfaitement cohérent et possible. Utiliser les énergies pour colmater l'aura, scanner la personne et voir où se situent les dysfonctionnements et d'où ils proviennent. Ce fut une évidence mais aussi un soulagement. Ce que j'avais expérimenté sur certaines personnes en travail énergétique prenait tout son sens : une direction nette et précise, et une ouverture qui, je le ressentais, me mènerait vers un vaste champ de connaissances. Mais le plus important, était cette sensation de liberté intérieure, de savoir que tout ce que j'avais éprouvé jusque là n'était pas dû à une imagination débordante mais simplement une certitude inconsciente de l'existence d'outils différents que je pouvais utiliser ainsi qu'une volonté de servir les autres.
Le destin a voulu que je poursuive cette ouverture spirituelle de manière surprenante, et qu'au bout du compte elle révèle ma véritable nature, celle d'une thérapeute de l'âme. Je cherchais quelqu'un qui distribuait de l'eau de diamant. En regardant sur internet j'ai contacté une des personnes de la liste simplement parce que son nom m'inspirait et résonnait en moi. Chez elle, c'était un étrange capharnaüm avec des cristaux, des tambours, des objets de toutes sortes qui semblaient vivants. Je me sentais épiée par toutes ces choses et j'ai ressenti une sorte de pression au niveau du cœur comme si il battait d'une manière différente. Je sais maintenant que c'était parce qu'il était heureux d'être sur le bon chemin et de rencontrer un soutien, un guide qui allait m'accompagner dans mon évolution. J'ai demandé à cette femme ce qu'elle faisait exactement. J'étais un  peu déstabilisée, intimidée même, sans comprendre pourquoi, comme si une montagne que j'aurais à gravir au prix de nombreux efforts, se dressait devant moi. Elle m'a dit : "je suis Chamane". Et là, sans que mon mental n'ait eu le temps d'intervenir cette phrase est sortie de ma bouche : "que faut-il faire pour devenir Chamane ?" Elle m'a répondu avec un sourire : "il faut d'abord te nettoyer".
Se nettoyer pour elle, cela voulait dire aller chercher en profondeur mes peurs, regarder mes attachements, mes mécanismes mentaux, ma lignée familiale, bref, si l'on veut résumer ces quelques années de travail avec elle, je dirais que "machine à laver interne" serait une métaphore appropriée.
Aujourd'hui, je sais qu'il est fondamental de s'écouter, de ne pas laisser les autres nous juger, d'avoir le courage et la persévérance de faire ce qui nous semble juste et adéquat pour nous-mêmes sans se préoccuper des conventions sociales.
Cette rencontre avec cette Chamane, que je remercie, a été plus qu'une révélation, elle a réussi l'exploit de faire briller l'étoile de mon âme.